Le secteur automobile fait actuellement face à la plus grave crise de son histoire. En Europe, presque la totalité des usines du secteur sont fermées et les concessions automobiles ont baissé le rideau jusqu’à nouvel ordre. L’appareil productif et le réseau commercial d’un secteur industriel parmi les plus importants du monde sont donc mis en veille. C’est une situation inédite.

Or, cette crise intervient à un moment charnière du secteur : 2020 était l’année de la transition vers les motorisations électriques à grand renfort d’investissements (plus de 100 milliards d’euros d’ici 2025) et sous la menace d’amendes de l’Union Européenne. Plusieurs constructeurs avaient déjà annoncé des restructurations et des dizaines de milliers d’emplois supprimés. Le COVID19 est un facteur supplémentaire à une situation déjà difficile.
 

L’e-commerce pour accompagner la sortie de crise

L’exemple chinois actuel montre que l’activité pourrait néanmoins retrouver rapidement un niveau de demande client acceptable.

Mais si la sortie de crise se fait en plusieurs temps, les constructeurs devront trouver des solutions pour vendre et fournir des véhicules à des clients encore frileux d’aller en concession. La relation à distance digitalisée et l’e-commerce semble la solution idéale.

A cet instant, les constructeurs et distributeurs mettent en place massivement les solutions de vente à distance : showrooms virtuels et visioconférences (FCA, Groupe Legrand), communications sur les réseaux sociaux pour la proximité client, (BMW et DS sur Instagram) et même salons virtuels (VOLKSWAGEN).

TESLA, avec sa prise de commande sur internet et livraison à domicile, a ainsi augmenté ses ventes en France sur le mois de mars par rapport à l’an dernier. Si ce résultat exceptionnel pour la période n’est pas dû uniquement à ce processus de vente spécifique, il permet toutefois une continuité de l’activité. Les clients de TESLA étaient déjà au fait de ces modalités et n’ont donc pas été surpris.

Le COVID19 pourrait bien être l’élément déclencheur qui convertira les clients de l’automobile à la vente sur internet. Ce sera alors un secteur de plus à digitaliser ses ventes. En effet, si les solutions technologiques sont pensées pour le client et si l’accompagnement à distance par un vendeur expert est efficace, tous les produits peuvent se vendre à distance.

Les compétences et l’organisation sont néanmoins spécifiques pour être performantes, rentables et intégrées à l’environnement traditionnel. L’e-commerce apparait désormais comme un levier supplémentaire à prendre en compte dans la transformation du secteur automobile.

Guillaume KERBRAT
Guillaume Kerbrat
Directeur, TNP